Jura Terre de Louis pasteur Dole / Arbois

La Nouvelle Idole

Lecture théâtrale
Interprétée par La Compagnie l’Eygurande
25 nov 2021- 20h
Espace Pasteur 39600 Arbois
Entrée gratuite
Avec le soutien de la Région Bourgogne Franche-Comté
Réservation possible au 03 84 66 11 72

La Nouvelle Idole (1899) ou la science vaut bien un drame

De l’académicien François de Curel (1854-1928), auteur de nombreux drames à idées, sociaux et philosophiques, représentée à partir du 11 mars 1899 au Théâtre Antoine, premier théâtre “d’Art et d’Essais” de la fin du XIXe siècle dirigé par André Antoine, à la fois régisseur, metteur en scène acteur et… découvreur de talents (Georges Courteline, Jules Renard, Eugène Brieux…), La Nouvelle Idole entre au répertoire de la Comédie Française en 1914 mais la programmation s’arrête avec les vacances et quelques semaines plus tard le début de la Grande Guerre : c’est dire sa reconnaissance comme une valeur nette de notre patrimoine culturel, bien qu’elle soit pratiquement oubliée de nos jours.

Le titre, qui se lit comme par antiphrase, le dit : le spectateur y est explicitement amené à hésiter devant la science. Le spectateur se doute, dès la lecture du titre, que la nouvelle idole – la science – sera quelque peu jetée à terre. Cette idée générale se concrétise sur un thème particulier, la recherche médicale.

L’intrigue

Le Docteur Albert Donnat, un grand savant, est à la recherche d’un sérum pour guérir le cancer. Tout d’un coup, le bruit éclate que Donnat a fait servir ses malades à des expériences fatales à plusieurs d’entre eux : une enquête est ordonnée, des perquisitions vont se faire – c’est la première scène, nous entrons, chez Donnat et Madame, au cœur du problème : des expériences et leur légalité. Traquer la nouvelle idole et contester certaines expériences, tels sont les deux axes autour desquels François de Curel organise sa dramaturgie .

Science et expérimentation au théâtre?

Jamais rejouée depuis 1914, La Nouvelle Idole appartient aussi bien à l’histoire du théâtre (peut-on faire une pièce avec la science pour objet et si oui quel sens peut-on donner à l’œuvre ainsi créée ?) que des idées (peut-on faire des expériences sur des êtres humains et si oui quel sens peut-on donner à l’expérience ainsi produite ?). Elle donne les réponses du XIXe siècle qui, en décalage, interrogent le spectateur-citoyen du XXIe siècle.

Après la lecture, une discussion peut être amorcée en présence de Daniel RAICHVARG, Professeur des universités (Université de Bourgogne), chercheur en Sciences de l’Information et de la Communication sur les questions Sciences-Technologie-Société.

dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Louis Pasteur (2022)

L’EPCC a travaillé en partenariat avec :
La compagnie l’Eygurande
Différents laboratoires de l’Université de Bourgogne (CIMEOS, LIR3S, Labex LipSTIC)
Laboratoires CERILAC (uni. Paris 7) et HTSC (CNAM)
Les Universités Populaires du Théâtre
La Maison Jacques Copeau